Journée sur la nature temporaire dans les projets d'aménagement - 04 décembre 2018

Nat temp

Une journée pour explorer et s’approprier un concept nouveau

Les rôles que peuvent jouer ces espaces de nature temporaire, la gestion et la perception de ces milieux ont été au cœur des discussions.

L'événement s’adressait à l’ensemble des acteurs susceptibles d’intervenir sur ces espaces : 

  • les chercheurs qui travaillent sur ce sujet, 
  • les entreprises et bureaux d’études qui interviennent sur les chantiers, 
  • les maîtres d’œuvre et maîtres d’ouvrage de projets d’aménagements,
  • les gestionnaires d’espaces naturels…

Un programme adapté à des situations concrètes

La gestion et l’accompagnement de la nature temporaire est une thématique nouvelle qui mérite d’être abordée dans sa globalité.

Cette journée a donc été organisée autour de 3 contextes d'intervention :

Sur les chantiers
La nature au sens large apparaît spontanément sur la plupart des chantiers de construction ou d’extraction. L’adaptation des pratiques, l’anticipation et l’accompagnement des porteurs de projets seront développés.

Dans les zones fortement anthropisées
Les friches urbaines et industrielles, les zones d’activités sont des espaces qui n’ont pas de vocation « naturelle ». Cependant, à moyen ou à long terme, ils peuvent constituer des espaces de nature temporaire. La question de la gestion de ces zones et des espèces qu’elles abritent sera abordée.

En espaces naturels restaurés
Les milieux naturels restaurés activement ou passivement soulèvent la question du choix d’intervention et des objectifs et conséquences liés à ce choix. Plusieurs interventions évoqueront ces enjeux

Les aspects réglementaires et d’appropriation de ces espaces seront par ailleurs abordés au fil des présentations.

 

Mon avis : Journée très enrichissante et bien organisée. Il était intéressant de constater les nombreuses appropriations du concept de nature temporaire et tous les paradoxes qu'il peut contenir. Dans le cadre de mes recherches, je retiens surtout qu'un espace naturel temporaire doit être considéré au même titre qu'un espace plus permanent dans le sens où il participe au maintien des populations, à condition que l'espace soit fonctionnel (non isolé par ex.) sur un temps suffisant (cycle de reproduction des espèces notamment).